Les différents produits financiers et leurs définitions

09 mai 2022

L'energie en commun

Retour aux actualités

Les instruments financiers sont des titres ou contrats, qui peuvent pour certains être négociées sur les marchés réglementés ; pour d’autres, ils sont utilisés pour anticiper une rentabilité ou un risque financier ou monétaire. A titre d’exemple, une action d’une société cotée en bourse, est un instrument financier. Il existe différents instruments financiers, ou aussi appelés outils financiers. En tant que plateforme de financement réglementée par l’Autorité des Marchés Financiers, les instruments financiers proposés sur la plateforme Ekynox sont les obligations, les obligations convertibles ainsi que les actions.

Actions cotées et non cotées

Selon le code monétaire et financier, une action représente la propriété d’un pourcentage d’une société. L’actionnaire a des droits, comme celui de percevoir des dividendes et le droit de vote lors de l’Assemblée Générale (AG) de la société.

Une action est une part de la société qui l’a émise. Il s’agit donc d’un titre de propriété d’une fraction d’une société.

Lorsqu’un investisseur achète une action d’une entreprise, il devient actionnaire de la société. Ainsi, l’actionnaire possède une part des capitaux propres de l’entreprise. L’investisseur dispose alors d’un droit sur l’actif et sur les bénéfices de la société dont il est actionnaire.

Actions cotées

La valeur d’une action cotée en bourse fluctue à la hausse comme à la baisse en fonction des anticipations des investisseurs sur l’évolution future des bénéfices de l’entreprise.

Actions non cotées

Parallèlement, une action non cotée ne peut pas être achetée ou vendue sur le marché boursier. Les actions non cotées sont généralement émises par des petites et moyennes entreprises à la recherche de financement, directement auprès des investisseurs. Le choix d’actions non cotées doit se faire dans un objectif d’épargne de long terme. Si vous décidez d’investir dans les actions non cotées, vous bénéficiez des mêmes droits que pour les actions cotées : droit de vote en assemblée générale et droit de percevoir chaque année des dividendes.

Investir dans des actions non cotées peut répondre à plusieurs objectifs. Il peut s’agir de sociétés que vous connaissez ou que vous voulez aider dans une démarche d’actionnariat solidaire ; ou vous pouvez estimer que ces sociétés ont un fort potentiel de croissance et peuvent être sources de rendement, etc.

Obligations

Toujours selon le code monétaire et financier, une obligation est un titre de créance émis par une société, ou l’Etat, pour lever des fonds sous forme de dette. La valeur nominale de l’obligation, est due au détenteur à l’échéance de celle-ci. Entre temps, un coupon représentant l’intérêt annuel est versé au détenteur de ladite obligation.

Les obligations sont des titres de dette d’entreprise. Une entreprise émet une obligation comme nous pourrions faire une demande de crédit. L’investisseur reçoit des intérêts chaque mois (coupon) correspondant au taux d’emprunt déterminé.

Obligations convertibles

Une obligation convertible est une obligation à laquelle est attaché un droit de conversion. En d’autres termes, l’obligation convertible peut se définir comme étant une créance émise par une société qui présente une double nature. Elle donne ainsi le droit d’échanger l’obligation en question contre un certain nombre d’actions nouvelles ou non de ladite société.

Au travers de ses projets, Ekynox propose des collectes sous forme d’obligations, obligations convertibles ou actions.

OPCVM

OPCVM signifie Organisme de Placements Collectif en Valeurs Mobilières. Plus basiquement, un OPCVM permet la gestion collective de fonds. Les OPCVM permettent donc d’équilibrer facilement un portefeuille. En effet, plutôt que de sélectionner quelques actions, vous pouvez diversifier votre portefeuille de façon plus large. Cela par le biais de parts de fonds dédiés à des secteurs entiers, des produits ou encore des indices spécifiques.

On distingue de nombreuses familles d’OPCVM : monétaires, obligataires, actions, fonds alternatifs ou encore diversifiés. Les OPCVM se distinguent aussi par leur profil qui proposeront des niveaux de risques variables : prudent, équilibré ou dynamique.

Le principal frein observable pour les OPCVM concerne les frais auxquels ils sont associés. En effet, si le fait de placer dans des fonds collectifs permet de gagner du temps, celui de ne pas investir en direct ajoute une taxation plus importante du capital investi.

Investir via un fonds de capital investissement

Le capital investissement, ou private equity, est la prise de participations dans des sociétés non cotées en bourse. Il permet ainsi le financement de leur démarrage, de leur développement ou encore de leur transmission/cession. Il est possible d’investir dans des sociétés non cotées, comme des PME et PMI, grâce à trois types de fonds de capital investissement :

Les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI), sont investis en titres de sociétés innovantes non cotées en bourse à hauteur de 60 % minimum ;

Les Fonds Communs de Placement à Risques (FCPR), sont investis en titres d’entreprises non cotées en bourse à hauteur de 50 % minimum ;

Les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP), sont quant à eux investis dans des PME régionales non cotées en bourse à hauteur de 60 % minimum.

Pour en savoir plus sur les différents termes utilisés pour décrire le métier d’Intermédiaire en Financement Participatif, retrouvez notre article à ce sujet.